Duty of care: comment protéger vos voyageurs

woman-wearing-mask-on-train-3962213-1-1

Afin de vous expliquer le concept de Duty of Care, il faut remonter au début et parler d’un fameux escargot…

Lors d’une après-midi ensoleillé en Ecosse en 1928, Mrs May Donoghue retrouva un ami dans un café à Paisley. On leur servit alors une bière avec un escargot à moitié décomposé dedans. Mrs Donoghue se sentit immédiatement malade et attaqua en justice le producteur de la bière en question, Mr Stevenson.

Mrs Donoghue gagna le procès et la décision fut la base du concept de devoir de protection ou “Duty of Care”. Dans son jugement, Lord Atkin établit en effet une nouvelle compréhension de la loi sur la négligence:

You must take reasonable care to avoid acts or omissions which you can reasonably foresee would be likely to injury your neighbor

Lord Atkin

Voici comment escargot décomposé dans une bière affecta non pas seulement les producteurs de bières mais également toutes les entreprises qui peuvent avoir un impact sur des personnes avec leurs actions.

Si vos employés sont ammenés à voyager, il est important pour vous de bien connaitre le concept de “Duty of care” ou devoir de protection en français. Le Duty of Care est l’obligation morale et légale des employeurs envers leurs employés de maintenir leur bien être et sécurité lorsqu’ils sont en déplacements ou travaillent à l’étranger. Toutes les organisations sont concernés par ce principe et doivent l’intégrer dans leur culture d’entreprise ainsi que dans leur politique voyage.

Quels sont les risques pour un voyageur?

Travel Leader Group a posé la question à des agences de voyages, travel managers et spécialistes du voyages aux Etats Unis. Les risques principaux remontés par le sondage furent les troubles politiques ou sociétaux dans les pays à l’étranger, les tempêtes de neige et les attentats terroristes.

Une autre étude par SOS International liste les risques majeurs en Europe: nuage de cendres (on pense ici à l’éruption du volcan Eyjafjöll en Islande), le vol à la tire, une infection ou un accident sur la route.

Si on regarde les chiffres, on s’aperçoit rapidement que même si les tempêtes ou les nuages de cendres sont plus spectaculaires, ce sont les accidents sur la routes qui sont le plus mortel. En effet selon Association for Safe International Road Travel, plus de 1.25 million de personnes meurent dans un accident chaque année.

Les risques ne sont pas égaux pour tous les voyageurs d’affaires. Un sondage révèle en effet que 7 personnes interrogées sur 10 pensent que les femmes en voyages d’affaires encourent plus de risques que leur collègues masculins.

Comment gérer le duty of care en tant qu’entreprise?

International SOS a développé un framework pour les entreprises afin de les aider à définir les mesures de sécurité et bien être à l’égard de leurs collaborateurs. Ce framework se décompose en trois étapes.

Avant un déplacement:

Préparer et former en amont les salariés aux dangers potentiels permet de garantir leur sécurité. Les entreprises doivent donc communiquer sur les risques locaux. Une excellente source de données est le site du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères qui propose une carte interactif avec leurs recommendations sur chaque pays.

L’étape suivante est d’établir des protocoles clairs en cas de crise. Le voyageur doit avoir une idée claire des marches à suivre en cas d’imprévus pouvant mettre en danger sa sécurité ou sa santé. Du côté de l’entreprise, il est impératif de maintenir à jour les profils des voyageurs avec notamment les informations de contact.

Pendant le déplacement:

Les entreprises se doivent de savoir à tout moment la localisation de leur employés. En cas d’évènements pouvant mettre en danger le collaborateur, un service doit être disponible 24/7 afin de localiser et contacter le plus rapidement possible le collaborateur. La mise en activation de protocoles permettant soit le rapatriement soit la mise en sécurité du collaborateur doivent pouvoir être activés immédiatement.

Après un déplacement:

Au retour d’un déplacement, l’entreprise doit faire un point avec le collaborateur. L’idée est de s’assurer que l’ensemble des protocoles ont été respectés et d’identifier si le collaborateur a été placé à un moment dans une situation à risque. Si c’est le cas, il faut revoir ensemble ce qu’il s’est passé et d’adapter la politique de voyage et les protocoles en conséquence.

Comment Okarito peut vous aider à gérer le duty of care?

En travaillant avec une agence de voyage comme Okarito, vous bénéficiez de notre expertise. Nous pouvons vous aider à analyser la situation, comprendre vos impératifs en matière de déplacements et vous fournir des pistes d’amélioration. Vous pouvez ainsi retrouver ici les dernières informations sur le coronavirus

Okarito vous permet de centraliser l’ensemble de vos déplacements sur une même plateforme. Cela vous permet d’avoir accès en temps réel à l’ensemble des déplacements de vos collaborateurs et ainsi savoir précisément où ils se trouvent en période de crise.

Si le voyageur se trouve face à un risque quelconque, nous avons une équipe de support disponible 24h/24 et 7j/7 pour intervenir rapidement et organiser un rapatriement si nécessaire.

Enfin, dans les situations exceptionnelles comme nous le montre la crise sanitaire du Coronavirus, il n’est pas évident de s’y retrouver dans les différentes mesures prises par les compagnies aériennes ou les gouvernements. Nos experts sont là pour vous guider dans cette jungle de l’information et nous gérons pour vous tous les processus d’annulations et remboursements.

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter ici

okarito, solution voyages affaires

4 thoughts on “Duty of care: comment protéger vos voyageurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *